Low-tech : les dernières évolutions de la cuisson solaire

Fours Solaires : Fini le temps des vieux appareils en bois qui atteignaient péniblement 100°C. Aujourd’hui, ces appareils low-tech font l’objet d’un véritable effort de recherche et développement, tant au niveau des performances que de l’ergonomie. D’ailleurs, certains modèles récents ont décroché une médaille au concours Lépine.

Petit aperçu des dernières évolutions de la cuisine solaire.

Le tube solaire

Traditionnellement, les fours solaires ont la forme d’une boîte vitrée qui fonctionne comme un piège à chaleur, grâce à l’effet de serre. C’est le modèle le plus répandu. Or, depuis quelques années, certaines marques ont adapté les tubes des chauffe-eaux solaires pour fabriquer des cuisinières écologiques. En effet, sertis de cuivre, ces conduits en verre borosilicate ont une double paroi sous vide, un peu comme les thermos. Sous l’effet du rayonnement solaire, le métal monte fortement en température. Ensuite, la chaleur s’accumule à l’intérieur de la chambre de cuisson grâce au vide, un excellent isolant. La nourriture s’insère dans le conduit grâce à long tiroir métallique muni d’un joint. Il existe des tubes solaires de différents diamètres. Les plus larges permettent de cuisiner pour dix personnes. Les plus étroits ont une capacité limitée (une ou deux personnes), mais ils peuvent être transportés n’importe où. Quelle que soit leur taille, ces cuiseurs longilignes ont un avantage non négligeable : il n’est pas nécessaire de les réorienter, à l’inverse des fours solaires classiques.
Utilisation : cuisson au four
Température : 150-160°C
Prix conseillés : 200 à 500 euros
Puissance : 200-300 W

La parabole solaire portable

Les paraboles solaires ont un inconvénients : elles sont assez encombrantes. Le diamètre de leur réflecteur varie de 80 à 180 cm pour les modèles grand public. Par conséquent, il est nécessaire d’avoir un grand jardin pour les installer. Il faut aussi disposer de suffisamment d’espace pour les stocker quand elles ne servent pas. Les fabricants ont pris en compte ce problème de taille. Certains d’entre eux proposent aujourd’hui des paraboles solaires pliables qui se déploient en deux temps trois mouvements. Elles permettent de cuisiner n’importe où tout en offrant un rendement tout à fait acceptable. Elles produisent une chaleur élevée et homogène, même s’il faut allonger un peu les temps de cuisson. C’est un excellent compromis pour les gens qui disposent uniquement d’un balcon. Une fois replié, ces appareils tiennent peu de place et se rangent facilement dans le bas d’un placard.
Utilisation : cuisson au four
Température : 250°C
Prix conseillé : 300-400 euros
Puissance : 400 W

Le barbecue solaire à haut rendement énergétique comme Fours Solaires

Le déficit de puissance des cuiseurs solaires est un obstacle pour beaucoup de particuliers qui jugent leur rendement énergétique insuffisant. Pourtant, de nos jours, il existe des des fours solaires paraboliques dont les performances se rapprochent d’une petite plaque électrique.
Comment fonctionnent-ils ? Grâce à un large réflecteur en aluminium anodisé, un matériau particulièrement réfléchissant, ces appareils de cuisson concentrent les rayons du soleil sur une petite surface, le foyer, où est placé la casserole. Là, le faisceau lumineux devient particulièrement intense quand le dispositif est réglé de façon optimale. Un morceau de bois prend feu en cinq à dix
secondes sur le point focal. Ces cuiseurs permettent de cuisiner une grande variété de plats sans énergies fossiles (charbon ou gaz). Ils se rapprochent vraiment du barbecue traditionnel. Il sont idéaux pour faire griller une viande à la plancha ou faire sauter des légumes à la poêle.
Utilisation : barbecue, feu vif
Température : 300-400°C
Prix conseillé : 500 euros
Puissance : 1 100 W

La France pionnière de la cuisson solaire… au XIXe siècle

Aujourd’hui, les cuisinières solaires ne cessent d’évoluer. Ce mode de cuisson a une longue histoire, mais il a connu un renouveau dans les années 70. Le naturaliste franco-suisse Horace Benedict de Saussure est le créateur du premier four solaire. En 1780, son prototype, baptisé hélio-thermomètre, atteignit 109°C dans les Alpes françaises. Un siècle plus tard, le physicien Augustin Mouchot et l’ingénieur Abel Pifre poursuivirent ses recherches. Missionnés par le gouvernement français, ils créèrent des systèmes de cuisson solaire en Algérie pour les armées. Par la suite, ils
inventèrent un générateur solaire qui fut primé à l’exposition universelle de 1878, à Paris. Malheureusement, leurs découvertes tombèrent aux oubliettes, le charbon ayant les faveurs des décideurs de l’époque. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’ONU s’intéressa à la cuisine solaire pour ses programmes d’aide aux pays en développement. Ce mode de cuisson se répandit aux quatrecoins de la planète. Aujourd’hui, il suscite un intérêt grandissant, même s’il reste encore marginal en France, où il est né.

Les concepteurs de fours solaires en France en 2020

À l’heure actuelle, il existe trois fabricants de fours solaires dans l’Hexagone. Le plus connu est la société Solar Brother. Cette dernière fabrique différents objets solaires : des briquets, des tubes solaires ou du film réfléchissant. Le second est Alain Bivas, le concepteur du Sunplicity, une parabole solaire pliable qui a remporté une médaille d’or au concours Lépine. À noter, l’appareil est fabriqué dans un Esat près d’Albi, dans le Sud-Ouest. Le dernier concepteur de fours solaires est la société franco-suisse Focalis, dont les entrepôts sont situés à Angers. Elle a conçu une parabole
solaire à haut rendement énergétique, le Solario Cooker.
En résumé, la cuisson solaire a fait de nombreux progrès en terme de rendement, mais aussi d’expérience utilisateur. En effet, la nécessité de réduire nos émissions de CO2 plaide en faveur de ce mode de cuisson qui n’intéresse plus seulement les habitants des pays en développement. Cette technologie a déjà un certain nombre d’adeptes aux États-unis et en Chine. En France, il reste encore du chemin à faire. Pourtant, un four solaire peut être une cuisinière d’appoint très utile dans les régions où le gisement solaire est important.
Légende photo : Munie de charnière, cette parabole solaire
pliable se déploie en un instant, comme un parapluie.